Infos en vrac

A force de pratique on finit tout de même par identifier ce qui est bon pour notre pratique, ce qui peut nous aider et ce qu’il faut éviter. L’honnêteté étant de mise je vous ferai part sur cette page quelques unes de mes astuces, de quelques liens web que j’ai trouvé utiles… Bref voici une page fourre-tout qui me permet aussi de répondre à vos questions une seule fois ! 😉

*** Page en construction ***

Des réflexions, expériences toujours d’actualité : mon ancien blog ici http://expetrail.over-blog.com

Test matériel,

  • Tout sur la Fénix 3, ma montre préférée même si elle prend un peu de place à mon poignet 🙂 un excellent article ici,
  • Comment exploiter au mieux la montre Garmin Fénix 2 : un excellent article ici,
  • Problèmes et bug de la Fénix 2 (Elle m’a fait grogner lors de la dernière MàJ…)

En premier lieu, le freeze de la montre. L’affichage se bloque et plus aucune interaction n’est possible. Ceci ne m’est arrivé qu’une seule fois, alors que la batterie était pratiquement vide. La solution consiste à simplement redémarrer la montre en maintenant le bouton « Light » appuyé pendant environ 15 secondes. Une fois la montre éteinte, une pression sur le bouton « Light » ou « Start » de quelques secondes va la rallumer, normalement en état de marche.

Si ce n’est pas le cas, la procédure suivante permet d’effacer complètement la montre et de revenir à son état initial. Ceci risque donc d’effacer certaines données contenues dans la mémoire de la montre, comme des parcours ou des réglages:

  1. Éteindre la montre en maintenant le bouton « Light » appuyé pendant environ 15 secondes
  2. Maintenir appuyé le bouton « Down » pendant la suite de la procédure
  3. Allumer la montre en appuyant puis en relâchant le bouton « Light« . Le bouton « Down » reste appuyé.
  4. Relâcher le bouton « Down » quand le message « Clear all user settings? » s’affiche.
  5. Choisir Yes

Si cette procédure ne fonctionne toujours pas, il faudra probablement contacter le SAV de Garmin.

  • Ma préférée au quotidien, la Garmin Forerunner 620, « dépouillée » ici (j’aime notamment sa taille discrète, son écran tactile bien lisible et exploitable même avec de gros gants, la rapidité de paramétrage d’un entrainement spécifique type fractionné, même à la dernière minute et même alors que vous courez déjà, son adaptabilité à vos caractéristiques individuelles : VO2max, taille de foulée etc… sont ajustés et mis à jour à force de pratique !!…)

Réflexion « Santé » : le surentrainement,

Définition du surentraînement : accumulation de fatigue suite à une succession de récupérations incomplètes de l’organisme. Le surentraînement conduit à une baisse sensible de la performance durant une longue période, comparativement à la fatigue normale, qui ne dure que quelques heures ou au plus deux ou trois jours.

« Désordre neuroendocrinien caractérisé par une réduction de la performance en compétition, inaptitude à maintenir une charge d’entraînement, fatigue persistante, réduction de la sécrétion de catécholamines, problèmes de santé fréquents, perturbation du sommeil et de l’humeur » (Mc Kinnon 2000).

Le surentraînement est donc une forme de fatigue chronique, liée à une surcharge physique ou mentale.

C’est par un astucieux mélange entre fatigue et récupération (= repos) que l’organisme augmente ses potentialités par des processus internes d’adaptation, et que le coureur progresse et repousse ses limites. Mais, lorsque survient un déséquilibre persistant entre fatigue et récupération, l’athlète ne progresse plus et va même régresser : c’est le surentrainement (ou dépassement des capacités d’adaptation de l’organisme).

Le sportif non professionnel qui recherche l’excellence doit tout particulièrement inclure dans la charge de stress, non seulement le stress associé à l’entrainement mais aussi celui de ses vies privé et professionnelle.

Le surentraînement concerne fréquemment de « jeunes » coureurs particulièrement motivés (implication personnelle très importante) qui veulent « imiter » l’entraînement de coureurs plus âgés et expérimentés… Infos reprises de l’article ici téléchargeable.

Questionnaire surentrainement

 

Les blessures invisibles ou la nécessité d’un suivi psychologique de l’athlète,

Lien : http://www.francetvsport.fr/long-format/les-blessures-invisibles-depression-et-sport-de-haut-niveau/index.html 
Un article-documentaire très intéressant à lire qui parle de la dépression du sportif. On y trouve le cas du basketteur Larry Sanders qui a mis fin à sa carrière à cause de problèmes de dépression. Il y a également l’histoire d’André Agassi, qui a évoqué publiquement sa détestation pour le tennis et son mal-être pendant sa carrière. On y parle donc de blessures psychiques, qui n’est peut-être pas détectée comme telle mais qui touche pourtant de nombreux sportifs. De nombreux cas viennent illustrer donc cette enquête bien menée qui montre la nécessité d’un suivi psychologique plus régulier pour les sportifs.
Formation diplomate : lien, cliquer ici.
Un blog sur la psychologie du sport, cliquer ici.

Les biorythmes,

Voir cet article.

horlogebio1-ultramag2014

Le pH des aliments et équilibre acido-basique,

pHdesaliments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :